Marchandises

Parents toxiques

Parents toxiques


L'existence d'un enfant est marquée par les acquisitions et chaque étape correspond à une nouvelle tentative qui lui permet de tester sa confiance en soi. Ces expériences ne doivent pas comporter trop de risques, ni conduire à trop d'échecs. Lorsque les épreuves sont douloureuses et ininterrompues, l'ego devient tendu, se raidit ou s'effondre.
Aider le co-pilier à faire face et à surmonter ces tentatives est une question de bon sens, de compétence et de dosage: si vous le soutenez parce que nous le considérons trop vulnérable, nous risquons de le faire peur, prêt à courir à la moindre difficulté.
Si nous sommes trop exigeants, il y a un risque de se refermer dessus. Dans le domaine de l'éducation, il est souvent
difficile de trouver la bonne mesure; nous en faisons trop ou nous n'en faisons pas assez.
Les obstacles à certaines attitudes parentales - rejet, surprotection, adoration, autoritarisme - ont un effet négatif sur le développement de la personnalité de l'enfant, sa solidarité et sa relation avec l'extérieur.
Les parents qui le rejettent ne protègent pas suffisamment leur enfant et ne reconnaissent pas leur fragilité. Cette attitude révèle souvent une mauvaise évaluation des besoins et des désirs des enfants, voire une intolérance à l'hypostase de l'enfant, dont le caractère désordonné, bruyant, méchant ou ignorant n'est pas soutenu.
L'enfant est alors perçu par ses parents comme un repas salé qui limite leur liberté ou comme une source de frustration qui ne leur apporte aucune joie. Les soins dont l'enfant doit bénéficier sont insuffisants. Négligé, il est livré à lui-même et à un environnement qu'il ne peut maîtriser.
Dans ces conditions, l'enfant se sent abandonné, essaie de se sentir en insécurité et manque de confiance en lui. Vous vous voyez comme un être impuissant et inférieur et vous sentez le monde extérieur comme dangereux.
Difficultés qu'ils abordent avec anxiété; il le désorganise. Incapable de se défendre, il est passif et dépendant des autres, pas sûr de lui.
Parents superprotecteurs Je vois leur enfant comme une plante vulnérable qui ne devrait pas être dérangée surtout. Il les traite comme une créature faible et désarmée, complètement perdue sans leur aide. Il a affaire à lui avec une demande et une anxiété exagérées.
Cet enfant chocolaté, qui se présente à une douce réalité, est définitivement à l'abri des difficultés. Protégé sans aucun risque, il n'est jamais laissé seul et d'autres le font à sa place. Pour cette raison, l'enfant développe l'idée que les parents seront toujours là pour intervenir et être soumis. Il manque de volonté et d'initiative, il se considère incapable de réussir sans leur soutien.
Quand, par hasard, il essaie d'agir seul, il se sent anxieux et coupable. De plus, il échoue, car il n'a jamais été prêt à affronter la moindre difficulté. Il restera toute sa vie dépendant d'une autorité supérieure dont il attendra de se prononcer à sa place. Il ne lui fait pas confiance, car il ne sait pas ce qu'il peut et ne peut pas faire.
Idoliser les parents ils s'endorment et leur accordent toutes sortes de privilèges. Cette attitude est
se manifeste par une tolérance excessive, par une admiration sans bornes.
L'enfant est un membre de la famille, dont la vie n'est organisée qu'en fonction de ses caprices. Il est terriblement maigre et toujours hétéro. Il se porte sur les paumes, traité comme un objet prix. On nous dit sept jours sur sept qu'il est le plus beau, le plus intelligent, le plus sympathique, en un mot qu'il est parfait. Co-tourmenté par «l'amour» (en fait gâté), l'enfant ne rencontre aucune limite pour satisfaire ses exigences. Il est empreint d'une toute-puissance et finit par devenir un été absolu, convaincu de sa «perfection».
Cette valeur artificielle ne peut la sécuriser qu'à court terme. Ne connaissant pas sa vraie valeur, il ne parvient pas à s'adapter devant les autres. Le jour où il affrontera ceux avec lui, il sera totalement perdu. Cet enfant était caractérisé par l'égocentrisme, les difficultés de contact et la tendance à se réfugier dans l'imaginaire. Apparemment avec un complexe de supériorité (en fait avec un sentiment d'infériorité profonde), il ne lui fera pas confiance.
Parents tyranniques Je montre un autoritarisme intrinsèque. Ils ont décidé une fois pour toutes qu'un enfant devait être dirigé, éduqué avec une main de fer, respectivement formé.
L'enfant doit écouter strictement et uniquement les ordres et
dans les conditions parentales, sinon il est puni. Toutes ses activités sont contrôlées, certains jeux ou amis sont refusés sans raison ni discussion.
On prétend trop et trop tôt à cet enfant qu'on lui demande d'être bon, sérieux, de vaincre et de réussir dans tout ce qu'il fait, surtout à l'école. Doit savoir lire et compter depuis la maternelle, avoir les meilleures notes, toujours être le premier ...
En raison de ces attentes non satisfaites, l'enfant ne se sent pas en sécurité dans sa famille. Il éprouve souvent un sentiment d'injustice et de frustration qu'il portera tout au long de sa vie.
De plus, un enfant qui se soumet à la volonté des parents ne devient pas autonome, pas seul, reste sous la tutelle d'adultes. Sa vie affective, professionnelle et relationnelle sera teintée d'une anxiété permanente: la peur de ne pas être à la hauteur et de ne pas décevoir l'autre.
À cet égard, les réactions des parents à l'enfant qui veut dessiner quelque chose sont significatives:
- Un parent qui rejette sera contrarié: "Allez jouer différemment, ce n'est pas ce que vous avez réussi."
- Un parent surprotecteur apportera un pull pour le garder au frais.
- Un parent idolâtre vous dira sur un ton d'admiration exalté: "Comme ton dessin est beau, tu es génial, un nouveau Miche-langelo."
- Un parent tyrannique leur ordonnera d'aller immédiatement faire des commandes de chambre, au lieu de perdre du temps.