Court

Sorin Lucaci, livres, vie et Bookland!

Sorin Lucaci, livres, vie et Bookland!

Sorin Lucaci, livres, vie et Bookland!
Comment et quand est née la Caravane BookLand?
Sorin Lucaci: BookLand est né en 2011, comme une alternative viable aux salons du livre existant sur le marché roumain, et en 2012, il a été positionné comme le projet le plus important de son genre en Roumanie, à la fois en termes de couverture géographique, ainsi que de durée. Notre initiative culturelle a été reçue dans tous les coins du pays, avec enthousiasme et curiosité à la fois. L'année dernière, nous étions présents dans 39 villes - nous avons commencé sur la route le 6 mars à Giurgiu et nous ne nous sommes arrêtés que le 24 décembre 2012 à Bucarest - et dans chaque ville nous peuplons 6 jours, à quelques exceptions près, à Bucarest, Constanta et Suceava Je suis resté deux semaines.
BookLand est un concept unique en Roumanie: salon du livre urbain, organisé dans les centres commerciaux des grandes villes.
En descendant le livre de la tour d'ivoire, la devise derrière cela est: "BookLand vient où les gens sont déjà. Ne les appelez pas, mais suivez-les!"
Quelle est l'essence de ce salon du livre?
S.L.: BookLand est une foire unique, atypique et non conventionnelle, une foire que beaucoup de Roumains ont voulue. C'est une caravane qui, cette année (2013) a traversé 19 villes du pays, pendant 42 semaines et qui remplace à la fois l'absence des autres foires de profil, ainsi que le manque physique de bibliothèques dans le pays, beaucoup annulées ou entrées en insolvabilité ces dernières années, à la fois à cause de la crise et à cause de la diminution de l'appétit des Roumains pour la lecture. Pour cette raison, nous avons également créé une librairie en ligne (www.book-land.ro) qui restera en permanence connectée aux besoins des amoureux du livre, de chaque ville du pays, nous attendons donc les amoureux du livre dans les villes situées dans le nord du pays (Sighetu Marmatiei, Satu Mare, Carei, Baia Mare) dans la Caravane BookLand, qui s'arrêtera à Baia Mare, sur la Gold Plaza, entre le 19 et le 31 mars, ainsi que sur le site de la librairie. Les lecteurs peuvent également commander les titres qu'ils souhaitent via cette bibliothèque virtuelle.
C'est la troisième année de la caravane, un voyage à travers tout le pays. Qu'est-ce qui rend cette foire unique et attractive par rapport aux autres (Gaudeamus, Bookfest, etc.), mais aussi par rapport aux bibliothèques? Quels sont ses principaux objectifs?
S.L.: En plus des autres salons, nous apportons juste cette nouvelle, le fait que nous essayons de couvrir une grande partie du territoire du pays, de suivre tous les amoureux du livre, où qu'ils soient. Le parcours généreux de la Caravane et les événements organisés dans le cadre de la foire, dis-je, font la différence. La caravane BookLand organise de nombreuses manifestations artistiques et culturelles dans chaque ville: lectures publiques avec des écrivains locaux, expositions de peinture et de sculpture, moments artistiques réalisés par des enfants des écoles populaires d'art, du palais des enfants, d'élèves des lycées art, jeunes acteurs de théâtres de marionnettes, etc. Et par rapport aux bibliothèques existantes, nous essayons par la qualité et la diversité des titres présentés de faire cette différence.

Pendant la BookLand Caravan à travers le pays, nous avons eu l'occasion de rencontrer des gens merveilleux, désireux de nous aider dans notre approche culturelle de la publicité et de la promotion du livre. Poètes, écrivains, critiques littéraires, peintres, présidents de branche de l'Union des écrivains ou artistes roumains. J'en citerais quelques-uns de Moldavie, qui m'est si cher: Carmen Veronica Steiciuc, une extraordinaire organisatrice d'événements culturels et de festivals littéraires, Gheorghe Neagu du Literary Mirror in Focsani, Lucian Manailescu de Buzau, Constantin Marafet de Rm. Sarat, organisateur du Festival of création littéraire Titel Constantinescu, professeur universitaire Mihaela Garlea de Iasi, mais aussi promoteurs culturels d'Ardéal, M. Dorel Cosma, directrice du Centre culturel G. Cosbuc de Bistrita Nasaud et bien d'autres. J'espère ne déranger personne si je ne les ai pas tous énumérés. Je suis convaincu qu'en 2013, nous trouverons la même ouverture et la même réceptivité, de la part des communautés culturelles locales, des gens de la culture, pour organiser des événements artistiques et culturels dans chaque endroit où la BookLand Caravan va peupler.
Que pensez-vous du marché du livre roumain? Comment se portent les éditeurs en ces temps de restrictions?
S.L: Le marché du livre roumain est insuffisamment structuré et capitalisé. C'est un marché avec un potentiel, dans un mouvement continu, les éditeurs font des efforts désespérés pour conserver leurs ressources et leur portefeuille de titres, pour bien surmonter cette période très difficile d'un point de vue financier. Malheureusement, l'industrie du livre en Roumanie n'est pas aussi rentable que dans les pays développés: Allemagne, France, Angleterre. Et la crise financière a atteint le domaine du livre. On peut dire avec certitude que le marché du livre est en baisse, et cela se reflète dans l'activité des salons de profil. Une enquête menée par l'Institut roumain d'études sociales (IRSS) montre des résultats catastrophiques: plus de la moitié de la population n'a pas fini de lire un livre en 2012. En d'autres termes, en moyenne, les Finlandais dépensent 11,3% du revenu salarial pour tout qu'en est-il du spectre culturel. Pas les Britanniques, ni les Allemands ni les Français, mais les Finlandais! Et à la deuxième place est le maltais! Les Britanniques ne sont qu'à la cinquième place, et les Allemands sont dans le top dix! Et la dernière position est les Roumains! Qui dépensent moins de la moitié des occupants de la première place! Nous sommes pires que les Bulgares, nos voisins que nous considérons avec tant de supériorité!

Dans quelles villes avez-vous réalisé les meilleures ventes en 2012, les plus réussies?
S.L.: Brasov était de loin le plus gros succès. C'est en effet une ville touristique et cela s'est vu dans le très grand nombre de visiteurs qui ont franchi le seuil de la Caravane BookLand, à Piata Sfatului. Après Brasov, j'ai pu citer dans une sorte de top, Timisoara, Bucarest, Cluj, Constanta, Baia Mare.

Avez-vous envisagé d'étendre la Caravane BookLand à d'autres zones géographiques, avec des locuteurs et des lecteurs roumains?
Oui, pour être honnête, nous avons pensé à Chisinau. Je sais que d'un point de vue logistique, c'est plus difficile, mais ce n'est pas impossible. A Chisinau, il y a un besoin aigu de littérature roumaine, et pas seulement.
Quel type de livre est le mieux vendu sur votre salon?

S.L: 44% (en général littérature contemporaine de la maison d'édition Polirom), mais aussi SF, de la maison d'édition Nemira, essais et critique littéraire de l'Idée européenne et contemporaine. Les livres pour enfants (histoires) mais aussi les livres éducatifs ont une part importante, 27%; les parents allouent des budgets considérables au livre scolaire et éducatif. Puis les livres de la mère, les livres sur la parentalité "Comment élever un enfant en bonne santé", "Développer la confiance en soi de votre enfant", les CD et les DVD, ainsi que les livres sur l'aspiration, la motivation, la psychologie et le développement personnel de la maison d'édition trois. Les livres à profil économique ont une part de 17%: commerce, marketing, relations publiques, gestion.

Combien de ces actions ont lieu au cours d'une saison BookLand?
S.L.: Dans la saison 2012, je pense à des centaines de commandes. Si vous avez suscité des événements, je tiens à remercier ce directeur Dan Daniel, de l'École populaire d'art de Baia Mare, pour le soutien et le dévouement avec lesquels il a participé à l'organisation des moments artistiques au sein de la Caravane BookLand de le Baia Mare.
Quelles attentes avez-vous pour 2013 et surtout des lecteurs du lectorat Baimian?
S.L.: Nous avons des attentes très élevées en 2013, d'autant plus que nous avons un peu modifié la stratégie de promotion du livre. Contrairement à 2012, en 2013 nous peuplerons deux semaines dans chaque ville, assez de temps, disons-nous, pour que les amoureux du livre nous rendent visite. Toujours dans les trois quarts des lieux, nous serons présents dans des places et des parcs, des espaces non conventionnels et en même temps très accessibles au public lisant. Nous attendons beaucoup des lecteurs de Baimara, car nous le considérons comme un public cultivé et enclin à la lecture, c'est pourquoi nous revenons à Baia Mare cette année. Nous voulons satisfaire le désir de culture et, implicitement pour la lecture des Baimariens, nous espérons ne pas les décevoir. Nous proposons plus de 6000 titres de 100 éditeurs, donc une offre cohérente de livres, de musique, de films et de jeux.

Tags Salons de Bookland