Information

Fixations, stéréotypes, niveau de développement chez les enfants

Fixations, stéréotypes, niveau de développement chez les enfants

Article par la psychologue Marinela Antal

Article par la psychologue Marinela Antal
Les fixations, les stéréotypes, les intérêts restreints des enfants autistes sont les comportements qui apparaissent comme les plus évidents, ils sont faciles à remarquer. Si des difficultés de langage et de communication surviennent également chez des enfants sans troubles du spectre autistique, les stéréotypes, les fixations et les intérêts pour un sujet particulier sont ceux qui contribuent au degré d'autisme.
Ces comportements et attachements stéréotypés sont très différents d'un enfant à l'autre. Il existe des stéréotypes comportementaux: marcher sur la même route, porter les mêmes vêtements, jouer avec les mêmes jouets, rituels comportementaux. Les stéréotypes moteurs peuvent être: se balancer, se serrer la main, tourbillonner, agiter le doigt devant les yeux, se serrer la main, cligner des yeux et plus encore.


Il existe également des stéréotypes verbaux: l'enfant préfère certains sons, mots, phrases qui les répètent dans certaines situations ou sans lien apparent avec le contexte dans lequel ils apparaissent. Zones d'intérêt restreint: les enfants autistes ou présentant des éléments autistiques peuvent avoir un intérêt persistant pour une odeur, pour certaines textures (métal, bois, rugueux, fin, dur, etc.), pour les sons et pour certains aliments.
La principale difficulté est le refus de l'enfant de s'orienter vers d'autres expériences - vers d'autres odeurs, d'autres jouets, d'autres aliments. Chez certains enfants, il y a des intérêts pour une certaine activité: ordinateur, images de magazines, navigation dans les magazines, publicités télévisées ou certains sujets de discussion: sur l'horloge, sur les icônes, sur la mort, etc.
Caractéristique: dynamique
Ces stéréotypes, fixations et intérêts pour certains objets et activités sont étroitement liés au niveau de communication de l'enfant. Une caractéristique importante observée par la plupart des parents est que ces stéréotypes qui disparaissent et apparaissent ont une certaine dynamique dans le temps.
Il y a un moment où ces comportements se produisent, puis l'intérêt de l'enfant pour ces objets ou activités disparaît et d'autres intérêts, d'autres comportements stéréotypés apparaissent. Cette dynamique des comportements stéréotypés: leur apparition et leur disparition ne peuvent être liées à certains événements extérieurs. Ils semblent incompréhensibles pour quelqu'un d'autre que l'enfant.
La caractéristique principale des comportements stéréotypés est que l'enfant ayant des difficultés autistiques ne peut pas facilement abandonner et que ces comportements ont une solide motivation interne. Cependant le défi de l'enfant à d'autres expériences, concentrer son attention sur autre chose ne lui fera pas renoncer à ces intérêts et fixations.
Que pouvons-nous faire?
Difficiles à accepter et à modéliser, ces comportements de l'enfant autiste mettent une barrière entre nous et eux. Que pouvons-nous faire pour que nous puissions les aider et nous aider à surmonter cet obstacle? Une première étape consiste à travailler avec eux, mais aussi avec nous: généralement, l'enfant est souvent invité à changer ces comportements. Le simple fait que ces comportements existent et sont persistants nous fait comprendre qu'ils ne changent pas facilement. Il est nécessaire pour nous, les adultes autour de l'enfant autiste, de comprendre ce que ces comportements jouent dans la vie de l'enfant.
Nous devons comprendre ce qui a du sens pour l'enfant ayant des difficultés autistiques et des éléments autistiques pour l'aider au mieux. Combien l'enfant a besoin de ces stéréotypes est une question très importante et difficile à la fois. Autrement dit, que fait l'enfant lorsqu'il n'est pas en mesure de recourir à ces comportements? Développent-ils d'autres comportements de ce type? - Si oui, il est clair que l'enfant en a actuellement besoin et nous devons trouver une autre façon de "travailler" avec lui.
Le parent se sent généralement le mieux pour l'enfant: il connaît la réponse à ces questions. Souvent, la souffrance des parents fait perdre au parent cette capacité de sentir l'enfant. Et voici la possibilité pour le parent de travailler avec lui-même, avec ce qu'il ressent envers lui-même, envers l'enfant, envers les autres. Le fardeau spirituel que l'expérience d'avoir un enfant autiste apporte est énorme. De plus, cette charge augmente lorsque l'enfant se manifeste par des comportements stéréotypés, des fixations.
CPAP - Centre for Action Psychology and Psychotherapy organise des réunions mensuelles avec les parents d'enfants atteints d'autisme / trouble envahissant du développement, syndrome d'Asperger, éléments autistiques.
La prochaine réunion aura lieu du 26 au 27 mai 2007.
Personne de contact: la psychologue Cristina Calarasanu
021 317 40 43
0729 752 145
[email protected]