Commentaires

Infection à Chlamydia pendant la grossesse

Infection à Chlamydia pendant la grossesse

question:

- Bonjour. J'ai 31 ans et j'étais enceinte. Pour des raisons inconnues, j'ai perdu ma grossesse à 4 semaines. À la suite de mon analyse, la valeur positive de Chlamydia Ig G est sortie. Pouvez-vous m'expliquer ce que signifie cette valeur? Ai-je cette maladie? Pensez-vous que cela peut être une cause de perte de grossesse? Je mentionne que ce résultat de l'analyse a été fait après le prélèvement de sang. Merci beaucoup.

Réponse:

En général, l'identification de la présence d'IgG dans le sérum des patients signifie un contact avec la maladie respective, mais très rarement ces valeurs peuvent nous dire quelque chose sur le moment où ce contact a eu lieu.

Étant donné que vous ne mentionnez rien au sujet des IgM, je suppose que ces anticorps se trouvent dans des limites normales, ce qui serait un contact antérieur avec ce type de germe (une augmentation de la valeur des IgM serait une infection aiguë à Chlamydia).

Pendant la grossesse, l'infection des organes génitaux par Chlamydia peut avoir un effet néfaste sur le développement ultérieur de la grossesse, mais surtout sur le nouveau-né, une action nocive qui se manifeste également dans la période post-partum (après la naissance).

Ainsi, l'infection à Chlamydia peut provoquer: interruption de grossesse (une fausse couche spontanée peut être provoquée par une telle infection), naissance prématurée, rupture prématurée des membranes.

Mais l'effet principal est sur le nouveau-né au moment de la naissance: dans 20 à 50% des cas, le fœtus présente une conjonctivite au cours des 2 premiers mois de la vie, dans 10 à 20% des cas pouvant avoir une pneumonie même 3 à 4 mois après la naissance. Il peut également induire une otite moyenne fœtale (infection de l'oreille) ou une obstruction nasale sévère ou une ophtalmie.

Dans la période post-partum (après la naissance), la chlamydia peut provoquer des infections génitales de diverses intensités chez la mère, allant du syndrome fébrile, de l'endométrite (infections utérines), à la péritonite pelvienne ou même à la péritonite.

La transmission de l'infection au nouveau-né se fait lors de la naissance, par contact avec les organes génitaux de la mère, infectés par Chlamydia. La transmission transplacentaire (pendant la grossesse) et utérine de ce germe n'a pas été prouvée. Compte tenu de la gravité de cette infection chez le nouveau-né, ainsi que des complications infectieuses post-partum, lorsque la Chlamydia est détectée chez une femme enceinte, un traitement énergétique est nécessaire.

Mais, comme les antibiotiques de choix pour Chlamydia sont généralement contre-indiqués pendant la grossesse, en particulier dans la première partie, il est prudent de choisir la préparation médicamenteuse efficace contre l'infection et en même temps sans danger pour le fœtus.

Pour prévenir les effets indésirables sur la grossesse, vous devez suivre des contrôles prénataux réguliers et maintenir une bonne collaboration avec le médecin qui surveille la grossesse.

Dr. Ciprian Pop-Began
Gynécologie obstétrique, Hôpital universitaire d'urgence d'Elias