Marchandises

Tout tourne autour de la grossesse extra-utérine

Tout tourne autour de la grossesse extra-utérine

Qu'est-ce que la grossesse extra-utérine?

Afin de mieux comprendre ce qu'est la grossesse extra-utérine, il est nécessaire d'expliquer certaines notions physiologiques de conception et de grossesse.

fécondations (l'union de l'ovule avec le sperme), a généralement lieu dans les trompes utérines (trompe de Fallope). À partir de là, l'ovule fécondé se déplacera vers l'utérus où la nidification a lieu (implantation de l'ovule fécondé dans l'endomètre utérin).

Dans l'un des 50 cas de grossesse, l'ovule fécondé n'atteint pas l'utérus et est implanté à un autre endroit, le plus souvent dans l'utérus. Dans de rares cas, la nidification se produit dans le col de l'utérus, les ovaires ou les organes abdominaux.

Ainsi, une grossesse extra-utérine se produit lorsqu'un ovule fécondé est implanté à l'extérieur de l'utérus, généralement dans l'une des trompes de Fallope.

Cela se produit si les trompes de Fallope sont bloquées, endommagées ou simplement incapables de propulser l'ovule dans l'utérus.

En moyenne, il faut environ 4 à 5 jours pour que l'ovule fécondé atteigne les ovaires dans l'utérus, une fois la conception terminée. Parfois, il peut être implanté dans d'autres parties de l'abdomen, des ovaires ou du col de l'utérus.

Facteurs de risque

On estime qu'une grossesse sur 50 est extra-utérine. Malheureusement, les médecins ne peuvent pas transplanter une grossesse extra-utérine dans l'utérus, donc la seule solution est d'arrêter la grossesse. Si la grossesse extra-utérine n'est pas découverte et traitée précocement, l'embryon continuera à se développer, ce qui entraînera la rupture des trompes de Fallope, des douleurs abdominales sévères, des saignements et rarement, voire la mort.

Vous êtes plus sujette au risque de grossesse extra-utérine si vous avez souffert de maladies qui conduisent aux trompes de Fallope ou si vous suivez un traitement de fertilité. Bien que généralement retrouvée dans les mois 6-7, les grossesses extra-utérines peuvent être détectées même à partir du 4ème mois.

Dans de très rares cas, la femme peut avoir une grossesse implantée normale et une grossesse extra-utérine. Ce phénomène est appelé grossesse hétérotopique et survient le plus souvent après des traitements de fertilité. Parce que la plupart des grossesses extra-utérines se produisent dans les trompes de Fallope, elles sont appelées charges de tube.

Une grossesse extra-utérine peut survenir chez toute femme sexuellement active, mais certains facteurs augmentent le risque de la développer:

  • la présence d'une grossesse après stérilisation chirurgicale (ligature des trompes);

  • toute intervention dans les trompes utérines augmente le risque de grossesse tubaire;

  • les changements anatomiques post-chirurgicaux, les cicatrices, les rétrécissements ou les adhérences peuvent favoriser l'apparition d'une grossesse tubaire;
  • chirurgie du bas-ventre (appendicectomie, résection d'un kyste ovarien, etc.);

  • antécédents personnels de grossesse extra-utérine;

  • antécédents hérédocolatéraux (familiaux) de grossesse extra-utérine;

  • dysfonctionnements anatomiques et physiologiques congénitaux (survenant au cours de la vie intra-utérine);

  • utilisation de dispositifs de contraception (DIU); Bien que l'efficacité contraceptive du DIU soit de 99%, lorsque la grossesse survient, elle peut être extra-utérine. En raison de l'inflammation continue et des modifications spécifiques de l'endomètre qui entrent en contact avec le DIU, l'ovule doit être implanté dans un endroit autre que l'utérus, c'est-à-dire dans la trompe utérine. Cependant, le DIU reste l'une des méthodes de contraception les plus efficaces.

  • L'administration de contraceptifs à base de progestérone (qui ne contiennent que de la progestérone, sans œstrogène) n'augmente pas le risque de grossesse extra-utérine, mais, comme avec le DIU, lorsqu'elle se produit, la grossesse est souvent extra-utérine;

  • infections d'attachement (ovaires, trompes utérines); Le syndrome inflammatoire pelvien, non traité, les infections génitales à transmission sexuelle (gonorrhée, chlamydia) diminuent la fertilité et augmentent le risque de grossesse extra-utérine. Le dépistage sérologique des maladies infectieuses est obligatoire avant la grossesse car, en plus d'augmenter le risque de grossesse extra-utérine, il peut également provoquer des malformations du produit de conception.

  • les traitements de fertilité peuvent également augmenter le risque de grossesse extra-utérine.

Dans de rares cas, une grossesse normale et une grossesse extra-utérine (hétérotopique) peuvent apparaître.L'intervention thérapeutique est assez difficile car elle met également en danger l'évolution de la grossesse normale.

Certaines études médicales affirment que les femmes âgées sont plus susceptibles de développer une grossesse extra-utérine, ce qui est également valable pour les fumeurs.

Symptômes

Les symptômes de la grossesse extra-utérine varient en fonction de son emplacement. La plupart des symptômes apparaissent 4 à 6 semaines après la conception et diffèrent d'une femme à l'autre. Dans certains cas, les symptômes manquent au milieu du premier trimestre de la grossesse et le diagnostic est posé accidentellement, lorsque la femme fait la première échographie abdominale.

Dans un pourcentage assez important, la grossesse extra-utérine peut devenir une urgence chirurgicale (le plus souvent lorsque des complications surviennent ou lorsqu'une grossesse extra-utérine est découverte à un stade évolutif avancé).

Pour prévenir les complications secondaires (hémorragie, péritonite), il est recommandé de retirer la grossesse extra-utérine le plus tôt possible, d'autant plus que les complications les plus graves se produisent sans aucun symptôme d'avertissement et peuvent mettre la vie de la femme en danger.

Dans la plupart des cas, une grossesse extra-utérine est associée à des tests de grossesse positifs et la femme pense qu'elle est enceinte.

Parmi les symptômes les plus courants de la grossesse extra-utérine, nous mentionnons:

  • aménorrhée (absence de menstruations) - n'est pas caractéristique car elle ne survient que chez 75% des femmes ayant une grossesse extra-utérine;

  • le saignement vaginal qui apparaît dans la grossesse extra-utérine est le plus souvent confondu avec les menstruations habituelles. Cependant, le saignement a certaines caractéristiques particulières qui le distinguent des menstruations mensuelles (petite quantité, couleur noir brunâtre);

  • la douleur abdominale ou pelvienne peut varier en intensité de la douleur constante, persistante à la douleur intense. Parfois, la douleur peut être localisée, indiquant le lieu d'implantation de la grossesse extra-utérine, mais la plupart du temps, sa source ne peut pas être identifiée;

  • nausées, vomissements, troubles de la motilité intestinale avec diarrhée;

  • la douleur avec localisation au niveau de l'épaule semble à première vue sans rapport avec la grossesse extra-utérine, mais c'est un signe très important, car il signale la rupture de la grossesse extra-utérine tubulaire. Cette complication provoque une hémorragie qui, à son tour, irrite les terminaisons nerveuses du plexus du membre pelvien, expliquant ainsi la douleur à l'épaule;

  • l'hypotension (pression artérielle basse), la tachycardie (augmentation du rythme cardiaque), la pâleur, l'évanouissement, la perte de conscience ou le coma peuvent signaler l'installation d'un choc hémorragique, secondaire à une rupture de grossesse extra-utérine.

Diagnostic

Le diagnostic de grossesse extra-utérine est souvent difficile à faire en raison des signes non spécifiques qui apparaissent dans cette condition.

Le plus souvent, la grossesse extra-utérine est confondue avec une grossesse normale (en raison du manque de menstruations et de tests de grossesse positifs) ou avec d'autres conditions telles que l'appendicite, l'annexite, le syndrome inflammatoire pelvien, une infection des voies urinaires basses (cystite), etc.

Parmi les tests et investigations utilisés pour établir le diagnostic de grossesse extra-utérine, nous mentionnons:

  • effectuer un test de grossesse. Il détermine le niveau urinaire de gonadotrophine chorionique humaine (hCG) dont les taux sériques augmentent pendant la grossesse. La plupart du temps, les tests de grossesse sont positifs dans la grossesse extra-utérine, parfois ils sont faibles (incertains). Dans de très rares cas, les tests de grossesse restent négatifs, ce qui indique la probabilité d'un avortement spontané ou d'une grossesse extra-utérine;

  • l'examen clinique gynécologique est essentiel pour le diagnostic d'une grossesse extra-utérine. Le tractus vaginal peut identifier la formation ectopique qui est décrite comme une formation de tumeur épaisse, douloureuse et pulsatile située à l'extérieur de l'utérus;

  • une échographie abdominale ou une sonde endovaginale permet d'identifier facilement l'embryon ectopique. Le plus souvent l'embryon meurt en raison de l'incompatibilité anatomique avec la topographie atypique, l'échographie signalant une formation tumorale, située au niveau des trompes utérines ou des ovaires. Si la grossesse extra-utérine n'est plus viable ou en est à un stade précoce de son développement, l'échographie ne peut que révéler une inflammation de la trompe utérine;

  • la célioscopie, la salpingographie ou la ponction bioptique sont d'autres investigations paracliniques qui aident à formuler le diagnostic de grossesse extra-utérine.

Le diagnostic précoce et précis de la grossesse extra-utérine est très important car un ovule fécondé implanté dans l'utérus peut se développer car une grossesse normale devrait entraîner des complications graves telles que des saignements, une rupture de l'utérus, une péritonite, etc. après quelques semaines. Dans ce cas, des dommages anatomiques irréversibles de l'organe reproducteur peuvent survenir, avec l'installation de l'infertilité.

Traitement

Le traitement dépend de la précision avec laquelle le diagnostic a été posé, de la taille de l'embryon et des techniques disponibles. Plus tôt vous terminez une grossesse extra-utérine, moins le risque de tomber dans les trompes de Fallope diminue et, par conséquent, les chances de terminer une autre grossesse augmentent.

Même si vous perdez une des trompes de Fallope en raison d'une grossesse extra-utérine, tant que l'autre va bien, vous pouvez toujours avoir une grossesse normale. Si les deux trompes sont atteintes et que vous ne pouvez plus tomber enceinte, il y a possibilité de fécondation in vitro (des embryons sains sont implantés artificiellement directement dans l'utérus).

Les chances d'une deuxième grossesse extra-utérine sont d'environ 10% et varient en fonction de la cause et du traitement de la première grossesse.

Malheureusement, la grossesse extra-utérine ne peut pas être réimplantée dans l'utérus (aucune technique chirurgicale ne garantit le succès de cette intervention), la seule option reste donc l'avortement thérapeutique.

Tags Grossesse extra-utérine Grossesse extra-utérine