Commentaires

Les trois quarts des Roumains recourent à l'automédication

Les trois quarts des Roumains recourent à l'automédication

Les conclusions de la première étude en Roumanie sur le phénomène d'automédication commandée par la Fondation OZONE montrent que 73% de la population du pays administre ses médicaments sans consulter au préalable un spécialiste. Plus de 22% des personnes interrogées ont déclaré prendre des médicaments sans consulter le médecin au moins une fois par mois. Les femmes sont celles qui recourent le plus souvent à l'automédication, leur pourcentage étant de 82%, contre seulement 63% des hommes.

Les conclusions de la première étude en Roumanie sur le phénomène d'automédication commandée par la Fondation OZONE montrent que 73% de la population du pays administre ses médicaments sans consulter au préalable un spécialiste. Plus de 22% des personnes interrogées ont déclaré prendre des médicaments sans consulter le médecin au moins une fois par mois. Les femmes sont celles qui recourent le plus souvent à l'automédication, leur pourcentage étant de 82%, contre seulement 63% des hommes.
"Nous considérons cette première étude comme la base des futurs projets de la Fondation Ozone sur le phénomène de l'automatisation. Les conclusions de l'étude nous donnent un aperçu du comportement de la population face au traitement de diverses pathologies.

dans la prochaine période, l'étude sera mise à la disposition des institutions publiques intéressées ayant des attributions dans la gestion de la santé publique », a déclaré Carmen Tanase, directrice exécutive de la Fondation OZONE.
Avec le projet "Soyez responsable! Lisez le prospectus!" l'étude fait partie de la campagne nationale "Pour une automédication rationnelle" lancée par la Fondation OZONE à la fin de l'année dernière.
Environ la moitié des Roumains se considèrent suffisamment informés pour administrer leurs propres médicaments lorsqu'ils souffrent de maladies mineures. Les plus courants, pour lesquels la population utilise l'automédication, sont les suivants: maux de tête, maux de gorge et virus respiratoires. Dans le même temps, l'un des deux Roumains déclare qu'il offre des conseils à des proches et à des proches concernant le traitement de certains problèmes de santé. Et 1 parent sur 7 (14%) traite ses enfants lorsqu'ils ont des problèmes de santé sans d'abord consulter un médecin.
Informés, les patients lisent notamment les indications thérapeutiques et le mode d'administration contenus dans la notice (68%), puis ne suivent que la posologie, la date de péremption, l'interaction avec d'autres médicaments, les effets indésirables ou la substance active. Le prix joue également un rôle important dans le processus d'information sur un médicament, un pourcentage de 51% des répondants indiquant que le prix est la base des informations sur un produit. Dans la décision d'acheter un médicament délivré sans ordonnance, la plus grande influence est exercée par l'avis du médecin / pharmacien (80%) mais aussi de la famille (56%). À la deuxième place se trouvent les brochures et les conseils reçus d'amis et de voisins.
En ce qui concerne les effets secondaires de l'automédication, les Roumains ont le plus peur des risques qui peuvent découler de l'administration de médicaments pour lutter contre les troubles du sommeil, les maux d'estomac et les maux de tête. Les maux de tête sont intensément combattus par l'automédication, bien qu'ils soient associés au risque d'effets secondaires le plus élevé. Les habitants de la capitale recourent plus souvent à l'automédication en cas de symptômes du rhume et de la grippe (maux de gorge, fièvre, nez bouché) et en cas de douleurs dorsales et rhumatismales, par rapport au reste du pays.
L'étude met également en évidence les facteurs qui favorisent l'automédication: l'existence de symptômes qui permettent la conduite normale des activités quotidiennes; peu de temps depuis le début de la symptomatologie, plus précisément dans les trois premiers jours; l'existence d'une symptomatologie similaire en arrière-plan; la conviction que l'affection ne peut pas mettre la vie en danger.
Mais quand ils vont chez le médecin, les Roumains sont très consciencieux: 80% respectent la dose et la durée de traitement indiquées. Plus de la moitié des Roumains décident d'aller chez le médecin uniquement lorsque les symptômes apparaissent les empêchent de réaliser leur activité quotidienne.
A côté du site www.auto-medicatie.ro, la Fondation OZONE propose au public un autre canal d'information, la ligne téléphonique d'automatisation rationnelle, accessible en composant le 021-2086363 (centre d'appels, tarif normal de tous les réseaux). où les personnes intéressées peuvent obtenir des conseils pratiques sur l'automédication, ainsi que des détails sur les campagnes de la Fondation Ozone. Ce n'est pas un centre de diagnostic et ne fournit pas de services de diagnostic et de traitement. Ce n'est pas non plus un service d'urgence et ne remplace pas l'avis du médecin ou du pharmacien.
L'étude a été réalisée par la société GfK au niveau national entre le 1er et le 14 mai et présente une marge d'erreur de 2,9%.