Information

La campagne «Puis-je aller à la maternelle?

La campagne «Puis-je aller à la maternelle?


Le jardin d'enfants est le premier espace d'autonomie de l'enfant, le premier endroit où il va seul et où commence sa vie sans la présence permanente des parents. C'est un espace en soi, physiquement et mentalement, avec lequel l'enfant, pour s'adapter, doit pouvoir établir une relation.
Ce n'est pas seulement une zone d'attente pendant le service des parents ou jusqu'à ce que quelqu'un puisse emmener l'enfant, mais c'est un espace que l'enfant investit d'une certaine manière et contre lequel il aura certaines expériences.
Pour pouvoir s'adapter à la maternelle, l'enfant doit pouvoir quitter la maison, pouvoir se séparer de ses parents pendant le temps passé à la maternelle; il y a la possibilité pour l'enfant de partir et celle des parents de le laisser partir.
Le manque de capacité de séparation conduit souvent au refus de l'enfant de partir, à un état d'anxiété et d'inconfort, à son retrait et à l'absence de relation avec l'espace, les collègues, l'éducateur, les jouets. L'enfant reste quelque part à l'entrée, entre la maison et le jardin d'enfants.

La salle de jeux


Notre projet s'adresse aux enfants entre 1 an et 5-6 ans et vise à augmenter la capacité de l'enfant à jouer seul ou en compagnie d'enfants ou d'adultes qu'il ne connaît pas. Ce "jeu" peut prendre différentes formes selon l'âge de l'enfant, son état émotionnel ou ses penchants.
Ce peut être un jeu, une manière de dessiner ou de peindre, une manipulation de jouets, une histoire inventée ou mise en scène, un jeu de mots ou avec des onomatopées ou une activité artistique. La condition de l'enfant et sa capacité à accepter une autre personne et à entrer en contact avec lui sont importantes, mais aussi à quel point il est attiré et actif par rapport à l'activité trouvée.
Certains enfants sont impatients d'écouter, de regarder le début et ce n'est qu'après un certain temps qu'ils mettent des menottes, prennent de nouveaux jouets ou acceptent de participer, d'autres sont plus excités par quelque chose de nouveau, mais ils perdent rapidement de l'intérêt et cherchent leur mère. C'est un bon exemple de la façon dont l'enfant réagira lorsqu'il ira à la maternelle et restera avec l'éducatrice et les autres enfants, et la mère partira quelques heures.
Comme nous avons conçu notre façon de travailler, la mère restera dans la même pièce que l'enfant, le psychologue et éventuellement d'autres enfants et mères. La mère restera aussi passive que possible et tentera d'aider la nouvelle personne de l'enfant à trouver une activité qu'elle sait plaire à son enfant. Il ne participera pas à l'activité, ne discutera pas, n'encouragera ni ne louera l'enfant pour ne pas avoir distrait son attention. L'enfant entrera tôt ou tard en relation avec la nouvelle personne et ainsi la mère verra comment il s'adapte, pendant combien de temps, ce qu'il fait quand il perd patience ou s'en souvient.
L'activité est conçue pour durer une heure et demie afin que ce soit un début pour l'enfant, pas trop exigeant et des activités peuvent être trouvées en fonction du développement et de la personnalité de l'enfant. Les activités sont simples, avec des objets et des jouets ordinaires et l'efficacité ou les performances de l'enfant ne sont pas suivies. Par exemple, dans le cas de la modélisation de la pâte à modeler, il est important pour le petit de se sentir bien, de donner et de prendre dans la main de la nouvelle personne les figures de pâte à modeler, d'étirer la poignée pour prendre les couleurs qu'il veut, de modéliser sans indications ou limitations strictes concernant les objets modélisés ou leur «exactitude», pour être «pris» dans l'activité et détendu, pas tendu, tendu, forcé de faire quelque chose ou de soutenir l'activité.
Pendant ce temps, la mère peut regarder ou noter ce qu'elle observe, autant que possible sans intervenir. Enfin, ses observations ou questions seront discutées pour tirer une conclusion sur l'état de l'enfant, son adaptation, comment entrer en relation et communiquer avec un inconnu.
Après son départ, la mère parlera de l'activité à l'enfant et pourra le féliciter ou l'encourager à jouer la prochaine fois. De plus, à la maison, l'enfant peut mener seul des activités similaires.
Le programme est conçu pour durer 10 séances sur une période ne dépassant pas 3 mois. C'est une bonne occasion pour la mère de connaître l'avis d'un spécialiste, de voir son enfant dans une nouvelle circonstance et de l'aider à faire face à l'entrée à la maternelle, à la relation avec les adultes et les enfants inconnus, sans désespoir, anxiété ou réactions de rejet.
Nous vous invitons à lancer le projet "Playshop" dans le cadre de la campagne "Puis-je aller à la maternelle?" au Baby Expo Salon, le 28 février, à 17 h. Pour plus de détails, vous pouvez nous contacter à [email protected].
Anca Munteanu
Psychologue - Psychologie de l'enfant
C.P.A.P.