Information

Test sanguin placentaire à la naissance

Test sanguin placentaire à la naissance

La récolte de cellules souches, capable de traiter des maladies telles que le diabète ou le cancer, est effectuée après un prélèvement sanguin placentaire et des tests à la naissance. La procédure ne présente aucun danger pour la mère et le bébé, mais peut se transformer en un véritable chèque en blanc pour la santé.
Un pourcentage inquiétant de patients atteints de leucémie sont des enfants, et les cellules souches (présentes dans le sang placentaire) pourraient réduire considérablement le taux de mortalité infantile dans le monde. Le traitement par greffe de sang maternel pourrait être efficace dans le traitement du diabète, de la maladie de Parkinson et de Crohn, des maladies cardiaques, des troubles génétiques, du cancer ou des lésions de la moelle épinière.
Les cellules souches présentes dans le sang placentaire sont pluripotentes, plus précisément elles peuvent donner naissance à tout type de cellules sur les 220 existant dans l'organisme. Ils peuvent être transformés en cellules myocardiques, pancréatiques, nerveuses, sanguines ou hépatiques.

Prélèvement et analyse de sang placentaire

Le sang placentaire est prélevé du cordon ombilical immédiatement après la naissance et traité pour la cryogénation, uniquement si les tests le déclarent non contaminé. Bien que le placenta et le cordon ombilical soient considérés comme des déchets à la naissance, ils contiennent le précieux trésor du sang maternel riche en cellules souches.
La procédure de récolte peut être effectuée par le médecin traitant ou par un représentant de la banque de cellules souches et peut prendre entre 30 secondes et 3 minutes. L'intervention ne fait courir aucun risque à la mère ou au bébé et est réalisée dans le cas de tout type de naissance sans complications obstructives.

Le bulletin sanguin placentaire complet, qui contient des tests bactériologiques, le volume récolté (entre 20 et 200 ml) et le nombre de cellules souches, est diffusé dans un intervalle de 2 à 8 semaines. Plus le volume de sang est élevé, plus la possibilité d'une greffe à l'âge adulte est grande.
Les cellules souches sont stockées dans des conteneurs spéciaux d'azote liquide, à une température de -196 degrés Celsius. Afin d'éviter la formation de cristaux lors de la congélation, les cellules sont traitées avec un produit chimique spécial destiné à les conserver tout au long de la vie de l'enfant.
Les cellules extraites du sang placentaire sont 100% compatibles avec le corps de l'enfant, mais peuvent être utilisées pour une seule greffe. Le nombre de cellules récoltées est suffisant par rapport à un certain nombre de kilogrammes: un petit volume de sang prélevé à la naissance fonctionne pour un poids maximum de 5-10 kilogrammes.
Une grande quantité de cellules souches peut donner des résultats à l'âge adulte, pour une personne de 80, 90 et même 100 kilogrammes.

Validation des tests sanguins placentaires

La conservation des cellules souches n'est effectuée que si l'analyse montre que le sang placentaire n'est pas contaminé.
Si le test du produit récolté indique des infections par le VIH, la syphilis active, la rubéole, la toxoplasmose ou les virus de l'hépatite B et C, le matériel génétique devient inutile.

Maladies traitées avec du sang placentaire

La transplantation de cellules souches à partir de sang placentaire vise à remplacer les cellules malades et saines.
Par conséquent, le traitement peut guérir les maladies du sang (leucémies, lymphomes), les maladies cardiaques, le cancer (sein, ovaire, poumon), les troubles métaboliques, hépatiques, médullaires, les maladies auto-immunes (lupus, Crohn) et les maladies neuromusculaires.

Tags Maladies des cellules souches Récolte des cellules souches Cellules souches